Les dossiers noirs du Vatican

(Broché)
de Paul Williams (Auteur)
0 commentaire(s) client
19,00 €
19,00 €
EN RÉSUMÉ

L’argent, le crime et la mafia dans l’Église catholique

Avec plus de 50 milliards de dollars en titres, des réserves en or qui dépassent celles de nombreuses nations industrialisées, des biens immobiliers dont la surface totale est supérieure à celles de plusieurs pays et des palais contenant les plus grands trésors artistiques, les richesses de l’Église catholique sont immenses.
Pourtant, en 1929, le Vatican est au bord de la ruine. C’est alors que le pape Pie XI décide de signer un traité avec le dirigeant fasciste Benito Mussolini. Grâce à cet accord, le Duce obtient le soutien de l’Église tandis que le Vatican reçoit un paiement de 90 millions de dollars, le statut d’état souverain et la garantie de salaires payés par le gouvernement pour tous les prêtres du pays. Ainsi le pape résout-il d’un coup tous ses problèmes financiers au prix de la soumission de l’Église à l’un des régimes politiques qui allaient bientôt mettre l’Europe à feu et à sang.
Cette terrible compromission n’est pourtant que la première d’une longue série…

Dans ce livre explosif, Paul Williams expose les preuves irréfutables des accords financiers plus que douteux conclus par l’Église catholique. Il examine, entre autres, les liens qui unissent l’or des nazis à la banque vaticane, la dépendance de Paul VI envers un chef de la mafia internationalement connu, le gigantesque scandale de la banque Ambrosiano, la mort mystérieuse de Jean-Paul Ier et les conséquences sociales désastreuses des affaires de pédophilie.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Paul Williams

Paul L. Williams est docteur en philosophie ; il est titulaire d’un master de théologie en histoire des religions de la Drew University. Il a enseigné ces matières dans les universités de Scranton et de Wilkes. Il est l’auteur de nombreux livres et articles. Il a par ailleurs été pendant sept ans consultant auprès du FBI.

FICHE DÉTAILLÉE

308 pages au format 14,5 x 22 cm
Photo de couverture © Allan Baxter / The Image Bank / Getty Images.
Traduit de l'américain par Véronique Dassas et Colette St-Hilaire.